Archive for the ‘One-shot’ Category

L’autre monde

7 mai 2014

Et si le ciel nous tombait sur la tête ?

Le dessin de Florence Magnin invite au conte, à la féerie d’un autre monde qui avec ses décalages, ses enchantements devient ce miroir étrange tendu au lecteur pour qu’il approche autrement son propre monde, la perception ou la compréhension qu’il en a !

Un aéronaute accidenté se retrouve dans un étrange univers où les cigognes apportent les bébés, où le ciel est comme une toile de chapiteau de cirque où sont peintes les constellations… un ciel qui justement commence, inexorablement, à se rapprocher de la terre ! Pour sauver le « Pays roux », l’aéronaute, en compagnie d’un savant fou, va partir à la découverte de ce qu’il y a derrière le chapiteau…

C’est magique, c’est fin, c’est intelligent, c’est poétique : une belle réflexion sur l’homme et ses origines !

L’autre monde (D : Florence Magnin ; S : Rodolphe), Dargaud, février 1991 et septembre 1992, intégrale en décembre 2001, 112 pages

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Trait de craie

6 mai 2014

Amis dévoreurs de Bd ou esthètes dégustateurs de perle rare, ne vous engagez dans cette aventure si vous n’aimez pas les récits qui ne se finissent pas ou, pire pour certains, les récits qui laissent toute grande ouverte la porte de leur univers !

Car cet album est une étrange aventure sur une petite île qui apparaît tel un « trait de craie » perdu au milieu de l’océan. Pol y débarque avec son voilier après deux jours de tempête. Un phare désaffecté, une auberge épicerie, un autre bateau qui vient d’accoster tel est le monde qui s’offre aux yeux du plaisancier. La tenancière Sara, son fils énigmatique, des goélands morts ensanglantés peuplent, avec la nouvelle arrivante, Ana, cet ilot intriguant.

Avec un usage singulier des couleurs, quelques traits, quelques touches, les planches sont de véritables tableaux tout en finesse mais aussi à jamais envoûtants, énigmatiques, maintenant sans cesse le lecteur entre rêve et réalité. C’est beau, c’est frais et soudain, dur, oppressant, déconcertant. Sans cesse notre lecture bascule sans trop savoir ce qui se trame en ses relations exacerbées par ce lieu clos.

Bref, un récit réservé aux grands navigateurs de l’âme humaine qui acceptent d’être déboussolés et blackboulés dans leurs aventures d’explorateurs !

Trait de craie de Miguelanxo Prado chez Casterman, première édition en août 1993, 82 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Pétra chérie

5 mai 2014

petra-cv

336 pages de trait fin, classique, à en faire pâlir d’envie des albums comme Ethiopiques d’Hugo Pratt.

Car c’est encore d’Italie que surgissent ces planches aussi fascinantes que leur belle héroïne Petra de Karlowitz, mélange de Louise Brooks et de Mata-Hari. Attilio Michelluzzi, fils d’officier aviateur, architecte, devra au coup d’état qui renversa le roi de Libye, de se mettre tardivement à la Bande Dessinée… De son enfance en Istrie, sur les marches de l’ancien empire austro-hongrois, du ronronnement des moteurs d’avion, des glorieux faits d’armes du Baron Rouge ou de Mermoz, il fera jaillir de 1977 à 1982 cette superbe aventurière qui sème le trouble de son charme et de ses actes de bravoure à travers l’Europe de la première guerre mondiale, des Flandres à la Turquie.

Les épisodes sont courts, bien saisis. La narration est efficace jouant entre humour, suspens, drame et distance. Le rocambolesque des situations s’appuie subtilement sur une solide documentation, sans jamais peser sur le rythme endiablé du récit. Le noir et blanc des planches fait dans la dentelle hachée, nerveuse, énergique, tour à tour sensuelle, psychologique, bonhomme, poétique. Quel art !

Petra de Karlowitz marque le chant du signe d’un monde où l’élégance et la noblesse croyaient encore gouverner comme les derniers Seigneurs de guerre… sans entendre la barbarie victorieuse sur tous les chants de bataille.

Un grand classique sur l’histoire qui bascule !

Pétra chérie d’ Attilio Michelluzzi, édition intégrale par Mosquito, décembre 2008, 336 pages (24×30)

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

petra_bosphore01 petra_desert05

Page Noire

29 avril 2014

Un récit de Franck Giroud et de Denis Lapière brossé avec justesse par les dessins de Ralph Meyer…

Ce mélange a de quoi promettre un moment un beau et bon moment de lecture et « Page Noire » sait tenir ses promesses par l’habileté de la construction, par le jeu des itinéraires humains des personnages, par la qualité de l’atmosphère de ce récit en seul volume.

Kerry Stevens est une jeune journaliste qui se démène pour ramener le scoop qui lui permettra de retrouver son père, la tête haute. Pour cela elle est prête à traquer un romancier célèbre qui se cache dans l’anonymat le plus secret. Son enquête va la mettre sur la piste d’une autrre jeune femme, une Palestinienne qui ne sait comment elle a survécu au massacre de ses parents.

Quand l’écriture romanesque croise la part obscure de nos vies… C’est prenant, c’est intelligent, c’est fin ! Un beau cadeau de rentrée !!!

Page noire (S: Franck Giroud, Denis Lapière; D : Ralph Meyer) édité chez Futuroplis, août 2010, 104 pages au format 21,5 x 29 cm

Maât

28 avril 2014

La guerre des dieux, version égyptienne !

Bonaparte entraîne avec lui plusieurs scientifiques lors de son expédition en Egypte. Parmi eux, Cléo et Julien Delorme, deux jeunes enfants dont la mère d’origine égyptienne, a été mystérieusement assassinée lors de la Révolution française. Avec Youssouf le nubien et Bessy l’étrange fennec, ils vont participer au combat qui oppose Seth, le dieu du chaos, à son frère Osiris.

L’intrigue est bien tenue, avec rebondissements, et le dessin, tout en rondeur et couleurs pastelles, confère un charme plein d’enfance à cette belle histoire !

Un bel album de détente, plein de fraîcheur !

Maât, (S : Ennio Eccuba, Vincenzo Lauria; D : Vincenzo Cucca) aux éditions Akileos, collection « Terra Incognita », juin 2008, 66 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Qui a tué l’idiot ?

27 avril 2014

Bizarre, excentrique, loufoque, space, cinglé, ouf… à vous de choisir !

Le dessin de Nicolas Dumontheuil, avec ses couleurs pimpantes, souligne à merveille l’expression de tous ces personnages étranges et quelques peu déjantés : c’est le 36ème crime qui a lieu en 6 ans dans un petit village.

Un comédien débarqué de la capitale, Lucien Lurette, ne peut s’empêcher de mettre son nez dans ces sales affaire… et c’est bien fait pour lui car il en devient le coupable idéal dans ce village où tout le monde soupçonne tout le monde. IL faut dire qu’en M. le Comte qui manipule la population, M. Le Curé qui ne sort plus de son lit, Victor le colporteur qui vous colporte tous les ragots que vous voulez et la Lison, il y a de quoi faire…

Et si vous doutez encore « Qui a tué l’idiot ? » a reçu le prix du meilleur album en 1997 à Angoulême et le prix René Goscinny en 1996

Qui a tué l’idiot ? de Nicolas Dumontheuil, chez Casterman, avril 1996, 94 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

V pour vendetta

25 avril 2014

Dans une Angleterre qui a survécu à l’apocalypse nucléaire d’une guerre mondiale règne en maître un parti fasciste, après une épuration politique et ethnique… Un mystérieux V a décidé de détruire ce système. Est-ce un fou imprévisible ? un mythe ? un survivant des camps ? un acteur ? un homme hanté par son passé ?

C’est à une véritable épopée politique que nous convie Alan Moore qui composa son scénario en plein avènement de l’ultralibéralisme cher à Madame Thatcher alors au pouvoir.

Les personnages sont denses, complexes, dérangeants à l’image du dessin de David Lloyd tout en mouvement, en dureté et en tension. L’univers de ces planches est celui du drame sombre et pathétique qui grandit sous nos yeux.

Que ceux qui se sentent rebutés par ce graphisme acceptent de dépasser leur premières réactions. Ils savent maintenant que leurs efforts seront récompensés au-delà de leurs espérances ! Cette œuvre n’est pas simplement un brûlot anti-totalitaire… mais bel et bien un véritable manuel à l’usage de ceux qui veulent s’attaquer au fascisme !

V pour vendetta (S : Alan Moore ; D : David Lloyd), Delcourt, Collection « Contrebande » janvier 1999, 272 pages (format 23cmx33cm)

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Shutter Island

24 avril 2014

shutter-island-cv1

Le dessin tout en atmosphère de Christian De Metter revisite ici le célèbre polar noir de Denis Lehane. Derrière une enquête qui semble se mettre tranquillement en place, Teddy Daniels et Chuck Aule, deux marshals fédéraux des années 50, vous nous piéger dans l’atmosphère lourde et secrète d’un Institut psychiatrique exclusivement réservé à de dangereux criminels…

Fausses pistes, jeux sur les apparences renforcent le malaise qui semble suinter de cette île hôpital. Les planches, mises en couleurs directes avec des dégradés sépia et verdâtre, sont pour beaucoup dans l’intensité de ce climat oppressant.

De quoi réjouir les amateurs de BD et de polar ! Ambiance et suspens de thriller garantis !

Shutter Island (D : Christian De Metter ; S : Dennis Lehane) édité par Casterman, collection Rivages/Casterman/Noir en septembre 2008, 128 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

shutter-island-p1 shutter-island-p3

Pilules Bleues

20 avril 2014

Cet album est un chef d’œuvre d’intimité !

Si vous aimez ce genre autobiographique, si vous acceptez la beauté austère d’une histoire qui ne peut tolérer la fausse pudeur ni l’exhibitionnisme racoleur… alors Frederik Peeters vous offre un autre regard sur la vie à travers un couple qui se forme et affronte ensemble la séropositivité.

Les planches en noir et blanc sont épurées, lumineuses mais tendues. Les personnages y gagnent une étonnante intensité expressive avec les grands yeux de Cati, le regard très impressionnant, exorbité, de son enfant.

Une grande tendresse s’en dégage avec humour, profondeur et poésie. Les dialogues sont aussi d’une extraordinaire finesse, délicate, attachante… jusque dans la rencontre d’un Mammouth !

Un monument de vie !

Pilules Bleues de Frederik Peeters chez Atrabile, collection « Flegme », octobre 2001, 190 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Quand souffle le vent

19 avril 2014

Quand souffle le vent cv

Cyril Bonin, c’est le trait si singulier de la série Fog. Il met ici ses traits anguleux au service de la rencontre entre le monde pesant des mines du Nord et l’univers chatoyant des gens du voyage… Rencontre réussie en un tome attachant, d’un classicisme qui sait capter son lectorat et le guider pas à pas par la main au travers des tensions sociales.

Le scénario de Laurent Galandon fait resurgir les fantômes d’un passé qui pèse sur la ville minière, unissant dans la malédiction les maîtres de la ville et les mineurs décimés à coup de grisou face à la fascinante insoumission des Tsiganes.

Un bon one shot sur fond du début du 20ème siècle.

Quand souffle le vent (S : Laurent Galandon; S : Cyril Bonin) édité chez Dargaud collection « Long Courrier », mars 2009

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Quand souffle le ven p1 Quand souffle le ven p5 Quand souffle le ven p2