Posts Tagged ‘femme’

Pétra chérie

5 mai 2014

petra-cv

336 pages de trait fin, classique, à en faire pâlir d’envie des albums comme Ethiopiques d’Hugo Pratt.

Car c’est encore d’Italie que surgissent ces planches aussi fascinantes que leur belle héroïne Petra de Karlowitz, mélange de Louise Brooks et de Mata-Hari. Attilio Michelluzzi, fils d’officier aviateur, architecte, devra au coup d’état qui renversa le roi de Libye, de se mettre tardivement à la Bande Dessinée… De son enfance en Istrie, sur les marches de l’ancien empire austro-hongrois, du ronronnement des moteurs d’avion, des glorieux faits d’armes du Baron Rouge ou de Mermoz, il fera jaillir de 1977 à 1982 cette superbe aventurière qui sème le trouble de son charme et de ses actes de bravoure à travers l’Europe de la première guerre mondiale, des Flandres à la Turquie.

Les épisodes sont courts, bien saisis. La narration est efficace jouant entre humour, suspens, drame et distance. Le rocambolesque des situations s’appuie subtilement sur une solide documentation, sans jamais peser sur le rythme endiablé du récit. Le noir et blanc des planches fait dans la dentelle hachée, nerveuse, énergique, tour à tour sensuelle, psychologique, bonhomme, poétique. Quel art !

Petra de Karlowitz marque le chant du signe d’un monde où l’élégance et la noblesse croyaient encore gouverner comme les derniers Seigneurs de guerre… sans entendre la barbarie victorieuse sur tous les chants de bataille.

Un grand classique sur l’histoire qui bascule !

Pétra chérie d’ Attilio Michelluzzi, édition intégrale par Mosquito, décembre 2008, 336 pages (24×30)

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

petra_bosphore01 petra_desert05

Publicités

Miss (Série : Tome 1 à 4)

14 janvier 2014

miss_face_1.jpg

New-York, les années 30 : comment faire quand on est une jeune femme et que l’on veut sauver sa peau après avoir laissé déjà quelques cadavres derrière soi ? Le plus simple c’est foncer… et s’associer avec un autre, un homme, un souteneur noir, afin de devenir un duo de tueurs professionnels aux extrêmes.

Nola et Slim nous font revisiter le Manhattan de la crise en un polar sombre et prenant. Le graphisme et la colorisation inattendus déteignent sur le lecteur avec leurs tons verdâtre ou brun qui suintent le malfamé et le glauque ( … surtout dans les albums où ces couleurs sont assurées par Scarlett Smulkowski). Philippe Thirault  est un « vrai » romancier qui a su garder son ton dans l’efficacité des répartis et dans son scénario.

Un univers assez unique ! De la beauté d’un sordide à notre portée…

Miss, Tome 1 à 4 (S : Philippe Thirault, D : Marc Riou et Mark Vigouroux), Humanoïdes Associés d’Avril 1999 à juillet 2002

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

miss_t3p32.jpg miss_t3p39.jpg miss-4pl07.jpg miss-4pl09.jpg

Le Grand Duc (T.1 : Les sorcières de la nuit)

24 novembre 2008

grandduccouv

Romain Hugault ? mais si ! Vous savez c’est le dessinateur de « Au-delà des nuages », la BD qui a fait redécoller la lecture des albums sur l’aviation… Même qu’à un moment l’éditeur Paquet n’arrivait pas à suivre et que les bacs étaient vides…

Avec « le Grand Duc », alias le Heinkel He 219, cet avion avec lequel la Wechmarcht tente d’endiguer sa débâcle sur le front de l’Est … avec « le Grand Duc », disais-je, vous allez de nouveau vous régaler. Les dessins d’avion sont au rendez-vous et ils s’enrichissent de personnages attachants et de situations complexes… merci à Yann pour son scénario qui entrecroise deux beaux destins.

« Les sorcières de la nuit » sont le surnom de ces femmes russes qui pilotaient sans parachutes des avions obsolètes pour barrer les voies du ciel aux pilotes allemands qui ne sont pas tous nazis…

Prêt pour le décollage ?

Le Grand Duc, T.1 « Les sorcières de la nuit » (S : Yann ; D : Romain Hugault), écité chez Paquet, collection « Cockpit », octobre 2008

grandduc01   grandduc03   grandduc06   grandduc08