Posts Tagged ‘Aire Libre’

Le Photographe

23 avril 2014

Cette série exceptionnelle a déjà été plébiscitée un peu partout tant elle est attachante par ses récits comme par sa composition.

Didier Lefèvre quitte Paris, fin juillet 1986, afin d’accompagner une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) en Afghanistan, en pleine guerre entre soviétiques et Moudjahidins.

De cette première grande mission photographique, il ramène un témoignage et des documents très poignants. Les albums nous invitent à marcher avec l’équipe médicale, à découvrir les conditions dans lesquelles elle peut intervenir, ses contacts, ses anecdotes. Puis le retour que Didier Lefèvre décide d’effectuer seul, sans la protection du groupe, sans parler la langue… avec les conditions extrêmes qu’il va devoir traverser.

Ces albums ont un art exceptionnel de faire « jouer » ensemble photos prises sur place et dessins. Le travail épuré d’Emmanuel Guibert y puise des paysages et des atmosphères qui ont l’âpreté du pays et parfois la magie de ce que ces hommes et ces femmes peuvent tenter dans des conditions extrêmes. Ce va et vient entre dessins et clichés photographiques tisse un récit qui gagne étonnamment en ampleur par les échos, les ellipses ou les métaphores qui sont ainsi construites. C’est superbe !

Didier Lefèvre est décédé d’une crise cardiaque à son domicile de Morangis le 29 janvier 2007. Il ne nous a pas laissé simplement un reportage mais une grande leçon de témoignage !

Hommage à tous pour ce monument de la BD !

Le Photographe, série complète en 3 tomes (S : Didier Lefèvre; D : Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier) édités chez Dupuis, Collection « Aire Libre » d’octobre 2003 à janvier 2006

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

S.O.S. Bonheur

22 avril 2014

Une série « overmythique » diraient certains !

S.O.S. Bonheur, avec ses trois albums, a tressé un des chefs d’œuvre de la collection « Aire Libre » proposant une fable politique, antiutopique sous couvert de petites histoires anodines d’héros anodins qui basculent les uns après les autres dans l’illégalité vis-à-vis d’une société contrôlant tout pour le bien de tous. Et le lecteur n’est pas au bout de ses surprises lorsque ces personnages se mettent à renverser le régime totalitaire…

Au fil des rééditions, malgré un dessin un peu effacé, ce triptyque maintenant présenté en Intégrale, frappe par la modernité de son ton, par son aspect hélas visionnaire dans la façon dont un gouvernement peut vouloir faire le bonheur de ses citoyens… avec ce que cela veut dire d’organisation de la cité, de règles à édicter, de limites à tenir entre liberté individuelle et vie collective.

Un grand classique qui a su allier réflexion et distraction. A lire et à relire en profitant d’une nouvelle réédition augmentée dans le cadre des 20 ans de la collection « Aire Libre » !

S.O.S. Bonheur, (S : Jean Van Hamme ; D : Griffo) édités chez Dupuis, Collection « Aire Libre » de mai 1988 à juin 1989

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Monsieur noir

13 avril 2014

Bienvenu dans un monde étrange et fascinant…

Monsieur Noir, le propriétaire du château BlackTales, revient tous les sept ans afin de faire signer son bail de location. Peu importe la personne qui signe, l’essentiel c’est que le paraphe soit effectué par le stylo plume du dit Monsieur Noir qu’il confie à son locataire… Or voilà que Lord Charleston, actuel maître des lieux, a perdu le stylo. La lutte entre les Tohus qui dominent ce monde et le Bohus qui ne cessent de comploter s’annonce animée. Surtout que vient d’arriver Fanny, orpheline et nièce de l’actuel locataire…

Il y a beaucoup de loufoqueries dans ces deux albums édités maintenant en version intégrale, avec un côté Alice au pays des merveilles, mais aussi de l’absurde et de la cruauté. Jean Dufaux n’a eu de cesse de jouer ici sur les contrastes de la vie. Rire, effarement, dégoût, pitié, indignation, attachement se mêlent sans cesse en des planches superbes et parfois froides, lugubres ou terribles, le tout en un dessin faussement enfantin.

L’univers de Monsieur Noir est étrange, mystérieux, résistant jusqu’au bout aux lecteurs. Ce qui en fait un grand album à lire et à relire.

Monsieur noir, Série complète en deux tomes, (D : Griffo ; S : Jean Dufaux), Dupuis, «Collection « Aire libre », édités en octobre 1994 et en juin 1995, réédités en version intégrale en janvier 2006

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

L’oiseau noir

8 avril 2014

Un album à la lumière tendre et sereine pour nous offrir un bel itinéraire de réconciliation et de vie.

Dans un décor d’après guerre, dans le sud de la France, débarque un jeune allemand encore vêtu de quelques oripeaux militaires. Il cherche à reprendre souffle auprès de Mireille que des amis communs lui ont recommandée… Les commentaires et les réactions vont bon train dans le village quand il s’installe dans un mas prêté par Nicci… surtout lorsque Lisette est prise de vertiges !

La luminosité dépouillée du dessin sait se mettre au service de cette parabole en 63 pages contre la xénophobie, contre les raccourcis trop rapides de l’histoire, contre la peur qui tord nos jugements.

L’oiseau noir, (S : Serge Le Tendre, D : Jean-Paul Dethorey) Dupuis, collection « Aire Libre » Octobre 1992, 62 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Houppeland

25 mars 2014

houppelandint.jpg

Ici la fête est obligatoire et les Pères Noël sont là pour la faire respecter : à la Brigade des Joyeux Drilles on ne plaisante pas avec la loi. Il ne s’agit donc pas d’oublier son cadeau à échanger. Et ce ne sont pas les changements de Président qui vont changer grand chose !

C’est féroce, c’est cynique, c’est grotesque mais c’est tellement ça ! Et ce n’est pas l’humour qui fait défaut à cette album… même si parfois il se fait grinçant, voire « jaune ». Les tons des planches, eux, ont sont plutôt rouge ou vert selon l’atmosphère qu’ils rendent magnifiquement palpable. Derrière la fausse naïveté du dessin, les détails font mouche !

Reste à espérer qu’il ne s’agit pas là d’un chef d’œuvre d’anticipation !

Houppeland, Didier Tronchet, Collection « Aire libre » de Dupuis, 2003, réédition en intégrale en décembre 2009

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

houppelandp-2.jpg

L’encre du passé

23 mars 2014

Encre du Passé cv

Un petit bijou, en un seul tome, sous la forme d’un récit intimiste et rêveur…

Les planches de Maël sont autant de tableaux japonais au service de la rencontre entre un vieux calligraphe errant et une jeune fille pleine de vie et de talent ignoré. Dans le Japon médiéval d’Edo, l‘ancien nom de Tokyo, Môhitsu décide de mener Atsuko chez son ami Nishimura, un peintre de renom qui n’a jamais accepté de jeunes apprentis.

S’ouvre ainsi une longue route d’initiation où l’errance se fait mystère de transmission, traversant le doute, les blessures du passé pour s’irriguer d’amitié et de dépassement.

La magie du pinceau au service non seulement de l’art mais aussi de la sagesse.

Un petit bijou de BD pour un grand voyage intérieur !

L’encre du passé (D : Maël; S : Antoine Bauza) édité chez Aire Libre, juin 2009, 80 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Encre du Passé pl 1 Encre du Passé pl 2 Encre du Passé pl 3

Encre du Passé pl 4 Encre du Passé pl 5

La lecture des ruines

3 mars 2014

lecture-des-ruines-cv.jpg

En 1917, Jan Van Meer, agent des services secrets alliés et folkloriste intéressé par les superstitions liées à la guerre, parcourt l’Europe à la recherche de l’ingénieur Hellequin.

Inventeur du canon à rêves et autres armes futuristes celui-ci a disparu. Pendant ce temps, l’insaisissable ingénieur met au point un système de lecture des ruines, persuadé que l’esprit de la guerre nous envoie ainsi des messages.

Tout au long de sa quête Jan Van Meer va rencontrer la violence sous différentes formes : violence de la guerre, violence de la pègre des bas-fonds londoniens, violence des trahisons… Mais au coeur de ce déchaînement une histoire d’amour va naître. La vie dans sa fragilité extrême arrivera-t-elle à être plus forte que la mort omniprésente ?

Le dessin élégant et sobre de David B. sert à merveille cette histoire. La couleur, utilisée pour la première fois dans un de ses albums, accentue le côté sombre de la guerre et donne comme une densité supplémentaire aux dessins.

On peut aimer cet album pour son imagination délirante, pour son style graphique, pour son approche de la Grande guerre et pour… ce que vous y découvrirez personnellement.

La lecture des ruines de David B. chez Dupuis, Collection « Aire libre », novembre 2001, 80 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Une lecture envoyée par Igor. Merci de sa fidélité !

lecture-des-ruines-pl-1.jpg lecture-des-ruines-pl-2.jpg lecture-des-ruines-pl-3.jpg

L’aigle sans orteils

25 février 2014

aigle-sans-orteils-cv.jpg

C’est un volume tout simple, avec ses couleurs teintées de nostalgie, son dessin clair, qui s’attachent à l’aventure pleine de volonté et de dignité d’un homme s’acharnant à faire le Tour de France malgré l’amputation de ses orteils. La narration est tissée de pudeur et de silence. Le suspens refuse le pathos, la passion sait faire passer avec sobriété son émotion.

Le parcours d’Amédée Fario n’est pas seulement le prétexte une belle fresque du début du siècle dernier avec ses paysages pyrénéens, ses us et coutumes. C’est un itinéraire d’humanité qui s’offre à nous en forme d’hommage graphique à la persévérance.

Un album dont un des effets magiques est de toucher même ceux qui se sont pas « fanas » du Tour et du cyclisme…

L’aigle sans orteils, par Christian Lax, Dupuis, collection Aire Libre, juin 2005, 78 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

aigle-sans-orteils-pl-2.jpg

Le capitaine écarlate

5 janvier 2014

Un bateau pirate à Paris, mais pas sur la Seine, un équipage d’épiciers mais à tête de canailles, un conteur trop curieux à la recherche de sa bien-aimée, un policier rêvant des beaux quartiers et le capitaine Ecarlate, maître des tempêtes et du vent, voilà l’univers dans lequel nous entraîne David B et Emmanuel Guibert.

A chaque page rebondissements ou surprises nous attendent dans ce monde imaginaire avec des personnages attachants car habités par le désir d’échapper à la monotonie du quotidien. Simple évasion, merveilles de l’imagination, ambiance Paris XIX° siècle, interrogation autour de la fatalité et de l’espoir : à vous de choisir votre aventure.

Le dessin avec son trait un peu épais, parfaitement adapté à l’histoire, nous laisse dans une ambiance brumeuse, celle du rêve et celle de l’océan.

Un dossier à la fin de l’album revient sur la genèse de l’oeuvre et nous donne en prime la nouvelle complète que Marcel, notre conteur, raconte dans l’album : le roi au masque d’or.

Le capitaine écarlate, de Emmanuel Guibert et David B., Aire Libre, Dupuis, avril 2000, 72 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Merci encore Igor pour cette nouvelle note de lecture !

le bar du vieux français

2 janvier 2014

bar-cv.jpg

Cet album a la beauté et l’émotion de deux destins qui se croisent en un conte de fée moderne où la dureté des vies ne s’enferme pas sur elle-même. Célestin, orphelin africain, cède à l’appel du Nord et quitte sa tribu tandis que Leila, fille des cités d’Europe, étouffe et part pour retrouver ses racines vers le Sud. Deux fugues qui vont se croiser dans la bar d’un vieux français…

Les traits denses, épais, du dessin lourd et chaud, avec ses aplats de couleurs, dessinent une atmosphère à l’ « africaine « , faussement naïve, sur la fuite de personnages aux regards comme hypnotisés des dessins d’Ethyopie…

Derrière le choc des cultures… un extraordinaire moment de liberté et d’humanité…

Le bar du vieux français, (S : Denis Lapière, D : Jean-Pierre Stassen) Dupuis, collection « Aire libre », septembre 1999 pour la version intégrale.

Pour acheter la version intégrale sur Amazon, cliquez ici.

bar-pl.jpg bar-pl-2.jpg