Posts Tagged ‘rêve’

Naciré et les machines

30 avril 2014

Dans la Cité-Usine, une ville sur-industrialisée, rongée par la rouille grimpante, Naciré tombe amoureux d’une garde-barrière qu’il aperçoit chaque fois qu’il conduit sa locomotive jaune. En fait cette mystérieuse Mlle Guili-Guilistein au beau visage mélancolique, qui ne sait même pas ce qu’est une montagne… est un automate. Ils décident de s’enfuir dans sa locomotive, et se trouvent rapidement pris dans une guerre à laquelle personne ne comprend rien…

Ces albums sont à déguster et à savourer comme un conte et non comme un concentré d’adrénaline ou de suspens… Amateurs de 24 heures Chrono, s’abstenir… sauf si vous savez aussi goûter la gratuité d’une réflexion poétique, à la sauce Délicatessen, sur l’homme, sur l’absurde, sur ce qui fait une machine, sur la source de notre existence…

En réussissant à camper un monde qui n’appartient qu’à lui, Frédéric Pontarolo parvient dès cette première série à construire une belle ode poétique qui se révèle comme un antidote à la déshumanisation des relations !

Pour les grands cœurs des temps modernes !

Naciré et les machines, série complète en trois tomes, de Frédéric Pontarolo, éditée par Casterman de janvier 1999 à octobre 2000, 64 pages chaque album.

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

La lecture des ruines

3 mars 2014

lecture-des-ruines-cv.jpg

En 1917, Jan Van Meer, agent des services secrets alliés et folkloriste intéressé par les superstitions liées à la guerre, parcourt l’Europe à la recherche de l’ingénieur Hellequin.

Inventeur du canon à rêves et autres armes futuristes celui-ci a disparu. Pendant ce temps, l’insaisissable ingénieur met au point un système de lecture des ruines, persuadé que l’esprit de la guerre nous envoie ainsi des messages.

Tout au long de sa quête Jan Van Meer va rencontrer la violence sous différentes formes : violence de la guerre, violence de la pègre des bas-fonds londoniens, violence des trahisons… Mais au coeur de ce déchaînement une histoire d’amour va naître. La vie dans sa fragilité extrême arrivera-t-elle à être plus forte que la mort omniprésente ?

Le dessin élégant et sobre de David B. sert à merveille cette histoire. La couleur, utilisée pour la première fois dans un de ses albums, accentue le côté sombre de la guerre et donne comme une densité supplémentaire aux dessins.

On peut aimer cet album pour son imagination délirante, pour son style graphique, pour son approche de la Grande guerre et pour… ce que vous y découvrirez personnellement.

La lecture des ruines de David B. chez Dupuis, Collection « Aire libre », novembre 2001, 80 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Une lecture envoyée par Igor. Merci de sa fidélité !

lecture-des-ruines-pl-1.jpg lecture-des-ruines-pl-2.jpg lecture-des-ruines-pl-3.jpg

La musique de Marie

23 février 2014

musiquedemarie-cv1.jpg musiquedemarie-cv2.jpg

Kaï vit dans un univers étrange dont la population fabrique des automates. Tout est calme, paix et harmonie. Marie, leur déesse, apparaît parfois dans le ciel et Kaï commence à percevoir sa musique qui tient un rôle capital dans le bon ordre du monde. Phiphy, elle, s’inquiète de ce changement car tout semble leur échapper.

Le graphisme s’attache au détail des décors et au style propre de chaque personnage, un peu dans la ligne de « Nausicaa ou la vallée du vent ». Le lecteur s’imprègne ainsi de la vie et des croyances de ce monde étrange.

Au fil du rêve et de la fable, cette histoire interroge le destin, sur ce qui fait l’équilibre d’un monde, sur la place qu’y occupe la technologie. Le fantastique se fait ici conte philosophique. La rêverie, poésie.

La musique de Marie (en 2 Tomes) de Usumaru FURUYA, Casterman, collection Sakka, novembre 2004 et février 2005

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.

musiquedemarie-pl-1-3.jpg

Kady

13 février 2014

kady-cv.jpg

L’île Zémirah, avec ses escaliers, ses échoppes offre une escale orientale à un gigantesque supermarché flottant qui vient y lancer sa grande quinzaine commerciale. Deux porteurs de marchandises, un nain et un ours blanc vont alors croiser une poupée mystérieuse qui fuit la transaction dont elle est la monnaie d’échange…

Le noir et blanc des pages, les personnages et les ruelles de l’île se transforment en un conte de fée féroce où l’esprit mercantile est dénoncé avec poésie et espièglerie. L’esprit d’enfance y côtoie les clins d’œil culturels.

Cette œuvre pourra désarçonner ceux qui n’acceptent pas de couper les ponts et de se laisser aller dans un univers improbable. Pour les autres ce sera un enchantement étonnant.

Une BD idéale pour accompagner ces temps de vacances où l’on se décroche de monde habituel pour se laisser embarquer vers d’autres horizons !

Kady, de Kokor, Vents d’Ouest, janvier 2001, 116 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

kady-pl.jpg

L’Héritage d’Emilie

15 janvier 2014

Emilie nous charme de ses aventures merveilleuses et fantastiques en une série assez unique inventée par Florence Magnin, entre légende et réalité.

Emilie, danseuse au Moulin Rouge en 1920, apprend grâce à un étrange notaire qu’elle est l’héritière d’un manoir irlandais en plein Connemara. L’Irlande lui réserve bien des surprises avec ses lutins qui dansent dans les landes, ses cairns et ses labyrinthes enfouis, avec ses vieilles ladies et ses rousses à la chevelure incendiaires, ses sauts dans le temps et ses univers parallèles.

Le dessin de Florance Magnin est plein de douceur et de rêverie : quelle imagination, quelle fraîcheur !

A lire et à relire tranquillement

L’Héritage d’Emilie, série complète en 5 tomes de Florence Magnin, Dargaud, édités de janvier 2002 à juin 2008

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 5 sur Amazon, cliquez ici.

Le Processus

31 juillet 2013

le-processus-cv.jpg

Pour cette fête de Saint Ignace, en hommage au fondateur des Jésuites… rien de moins qu’un chef d’oeuvre où le baroque se fait Bande Dessinée ! Une pure merveille !

Comme avec l’Origine, Marc-Antoine Mathieu repousse les limites de la BD !

Ce troisième tome des « aventures de Julius Corentin Acquefaques », comme tous les autres tomes de cette série, peut se lire et se savourer indépendamment des autres. Le lecteur se retrouve immergé dans ce monde qui n’appartient qu’à Marc-Antoine Mathieu pour mieux se laisser surprendre par l’invention formelle que réussit à produire l’auteur. Et vous ne serez pas déçu, photos, découpage et jeux répétitifs à l’appui. Du grand art ! Sûrement la plus baroque des BD contemporaines !

Notre héros se trouve aspiré par les spirales d’une nouvelle aventure car son horloge s’est mise à avancer accidentellement, le mettant en décalage avec ses rêves et son histoire… Le voilà contraint de plonger dans une troisième dimension inattendue…

Un album époustouflant !

Le Processus, tome 3 des « aventures de Julius Corentin Acquefaques »,de Marc-Antoine Mathieu, chez Delcourt, mai 1993, 48 pages

Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.

le-processus-pl.jpg

Le Dérisoire

14 juillet 2013

derisoire-cv.jpg

Pour la surprise, la fascination et le plaisir des yeux !

Olivier Supiot a su ici offrir une couleur et une lumière digne d’un Mattotti, à l’univers onirique d’Eric Omond où les métaphores de la vie et de la mort nous font naviguer entre féerie resplendissante et morbide implacable. Mise en page, cadrage, format de l’album capturent un univers fantastique où l’atmosphère de plomb et de rouille est palpable…

L’histoire est celle d’un capitaine au navire inachevé, hanté par les fantômes des marins qui sont morts, et dont l’univers va basculer avec la croisière qu’organise une femme étrange.

Le Dérisoire (D : Olivier Supiot ; S : Eric Omond), Glénat, Collection « Carrément BD », avril 2002, 56 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

derisoire-pl.jpg