Posts Tagged ‘enfance’

L’Ascension du Haut mal

16 avril 2014

Quand le dessin rend une autobiographie universelle !

Il faudra en tout 6 tomes à David B pour raconter l’histoire de cette maladie qui entraîne son frère Jean Christophe et toute sa famille.

C’est à la fois la société des années 70 qui se dévoile avec sa macrobiotique, ses utopies communautaires, son anthroposophie… et en même temps toute l’intimité d’un enfant qui cherche à grandir et qui trouve dans le dessin sa voie pour survivre et vivre.

Car l’épilepsie (le Haut Mal en vieux français) met au banc de la société toute cette famille, les offre en proie aux gourous et aux charlatans jusqu’aux déchirements, aux plus grandes trahisons. David B en tire des planches époustouflantes d’exploration intérieure, tour à tour symbolistes, expressionnistes, minutieuses, factuelles. A travers ses réactions, l’ambivalence de ses sentiments vis-à-vis de son frère, David B livre à son lecteur éberlué, intimidé, tout ce qui va nourrir son univers intérieur d’aventure, d’ésotérisme et de fantastique.

Qui a dit que l’autobiographie était narcissique ?

Un grand chef d’œuvre de la Bande Dessinée à parcourir dans son entier. Personne n’en sort indemne tant chacun peut se sentir atteint au plus profond de son être, entre culpabilité et colère, entre sidération et émerveillement !

L’Ascension du Haut mal, de David B en 6 tomes chez L’Association, Collection « Esperluette », de novembre 1995 à octobre 2003

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 5 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 6 sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

Monsieur noir

13 avril 2014

Bienvenu dans un monde étrange et fascinant…

Monsieur Noir, le propriétaire du château BlackTales, revient tous les sept ans afin de faire signer son bail de location. Peu importe la personne qui signe, l’essentiel c’est que le paraphe soit effectué par le stylo plume du dit Monsieur Noir qu’il confie à son locataire… Or voilà que Lord Charleston, actuel maître des lieux, a perdu le stylo. La lutte entre les Tohus qui dominent ce monde et le Bohus qui ne cessent de comploter s’annonce animée. Surtout que vient d’arriver Fanny, orpheline et nièce de l’actuel locataire…

Il y a beaucoup de loufoqueries dans ces deux albums édités maintenant en version intégrale, avec un côté Alice au pays des merveilles, mais aussi de l’absurde et de la cruauté. Jean Dufaux n’a eu de cesse de jouer ici sur les contrastes de la vie. Rire, effarement, dégoût, pitié, indignation, attachement se mêlent sans cesse en des planches superbes et parfois froides, lugubres ou terribles, le tout en un dessin faussement enfantin.

L’univers de Monsieur Noir est étrange, mystérieux, résistant jusqu’au bout aux lecteurs. Ce qui en fait un grand album à lire et à relire.

Monsieur noir, Série complète en deux tomes, (D : Griffo ; S : Jean Dufaux), Dupuis, «Collection « Aire libre », édités en octobre 1994 et en juin 1995, réédités en version intégrale en janvier 2006

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Les funérailles de Luce

1 avril 2014

fun-luc-cv.jpg

Les belles pages en noir et blanc de Benoît Springer offrent leur tendresse et leur plage de silence à une petite fille pleine de vie qui passe ses vacances chez son grand-père, ancien garagiste qui vend ses légumes au marché.

Les expressions de son visage font partager aux lecteurs ce qu’elle éprouve lorsqu’elle voit ce que personne d’autre ne sait regarder : une autre petite fille mais drapée de noir qui vient cueillir les âmes de ceux qui vont mourir.

80 pages au large format (23 sur 32) nous font ainsi entrer de manière très attachante, dans cette initiation à la mort. Nous nous approchons avec Luce de ce moment où la vie se dévoile fragile et douloureuse. Un bel album dont on a de cesse de s’imprégner, encore et encore.

Les funérailles de Luce, Benoît Springer, Vents d’Ouest, janvier 2008, 80 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

fun-luc-pl-2.jpg

Château l’attente

29 mars 2014

chateau-attente-cv.jpg

458 pages de bonheur à lire !

Château l’Attente c’est ce château que le Prince Charmant a laissé à l’abandon lorsqu’il a réveillé la Belle au Bois Dormant.

Car c’est de conte qu’il s’agit ici, pour petits et grands.

Au début Linda Medley retisse le fil de « la Belle au Bois dormant » puis profite de ce château isolé pour en faire un havre de paix où viennent se nouer et se défaire d’autres contes en d’autres personnages inattendus. Il y a bien sûr les trois anciennes dames de compagnie de la Belle mais aussi : Rackham, l’intendant à tête de cigogne du château, Sir Chess, un chevalier à tête de cheval qui trouve là le repos entre deux aventures, Soeur Paix, une nonne à barbe, dont l’ordre, les Sollicitines, repose sur le miracle de Sainte Wilgeforte.

Au gré des contes, l’auteur nous livre de belles leçon d’humanité et de bonté.

Attention, cependant, ce n’est ni « Garulfo » ni « les Trois Ombres »… plutôt du « Bone » pour la simplicité du dessin qui réussit bien à faire du quotidien un lieu de magie et d’enchantement !

Ceux qui ont encore un esprit d’enfant passeront un long moment plein de charme et de finesse !

Château l’attente, de Linda Medley, chez « ça et là » Novembre 2007, 458 pages au format 15×22 cm

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

chateau-attente-pl1.jpg chateau-attente-pl2.jpg chateau-attente-pl3.jpg chateau-attente-pl4.jpg

Mangecoeur

20 mars 2014

mangecoeur-t1-cv.jpg mangecoeur-t2-cv.jpgmangecoeur-t3-cv-g.jpg

Le petit Benjamin, en compagnie d’un chat volant, est parti à la recherche d’un Mangecoeur. Seul ce papillon magique pourra sauver son grand-père. Pour cela, l’enfant doit se glisser dans une gigantesque fête foraine… strictement réservée aux adultes.

Un conte qui sait alterner scène d’action, de poursuite, et moments d’émotion et d’intériorité. Un conte qui fait se confronter le monde paisible d’un enfant avec la fourberie des adultes ici étrangement incarnée par des clowns. Un conte qui croise avec poésie rêve et réalité pour mieux plonger dans le poids du passé.

Andreae offre des planches à la hauteur magique du récit de Mathieu Gallié  et sait coller au conte, avec un  trait qui épouse aussi bien douceur et que sadisme, au rythme de Benjamin et de ses rencontres avec les clowns. Toute la magie d’une enfance au grand cœur !

Mangecoeur, série complète en trois volumes, (S : Mathieu Gallié ; D : Jean-Baptiste Andreae), éditée chez Vents d’Ouest de mai 1993 à janvier 1996, série réeditée en version intégrale en juillet 2007

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

mangecoeur-t1-pl-1.jpg mangecoeur-t1-pl-2.jpg mangecoeur-pl-i.jpg mangecoeur-t3-pl-1.jpg

Capucin

18 mars 2014

Capucin est le fils de Gauvain, le chevalier invincible de la cour du roi Arthur, invincible jusqu’au jour où il est amputé d’un bras par Bouche Dorée, l’intriguant impitoyable… Finie la belle vie chevaleresque, l’enfant est contraint à l’errance et au brigandage, en compagnie de son gros cheval bleu, Rostremond qui lui sert de conscience. Dans le deuxième tome, cette descente aux enfers va le mener vers un monastère puis vers l’univers de la sorcellerie qui lui donnera un jumeau et deux compagnons encombrants : le vieux Merlin devenu impotent et de sa compagne Morgane aussi ombrageuse qu’orageuse ! Enfin dans le troisième et dernier volume, Capucin a trente ans. Avec son comparse des débuts, Patenôtre, il part en Grèce à la recherche du fabuleux Pégase, malgré les filles du Diamant noir qui ne cesseront de leur tendre des embuscades sur leur chemin poétique et amoureux…

Quel art de conter ! Au fil des planches au dessin faussement enfantin et faussement acidulé, Florence Dupré la Tour sait nous captiver et nous faire passer par bien des étapes initiatiques. Ici rien d’aseptisé, mais la vie toute entière, avec ses fidélités et ses vilénies, ses amours et ses orgueils, ses quêtes individuelles et ses tromperies égoïstes.

Cette série fait éclater avec jubilation classicisme et réalisme. Dans la mouvance de Joann Sfar, directeur de cette collection « Bayou » chez Gallimard, le graphisme de Florence Dupré La Tour a su trouver, imposer son ton, sa force.

Ce conte pour adulte en 3 tomes est un grand moment de joyeuse lecture !

Capucin Série complète en trois volumes de Florence Dupré La Tour édité par Gallimard, collection « Bayou », de mars 2006 à juin 2008

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.

Bookmark and Share

Jolies ténèbres

14 mars 2014

Jolies Tenebres cv

A ne pas mettre entre toutes les mains !!! Ames sensibles s’abstenir !

Le décor ? un corps de petite fille en train de se putréfier lentement dans les sous bois d’une forêt !

Les personnages ? de petits êtres qui sortent de ce corps et s’organisent autour de ce cadavre !

L’intrigue ? L’évolution de cette petite communauté à travers leurs stratégies de survie, leurs jeux en société, la diversité de leurs tempéraments et de leurs penchants !

C’est insolite, morbide, voire horrible, mais terriblement saisissant dans la peinture des agissements, des coteries et des lâchetés qui font et défont une société humaine ; derrière les sourires faussement gentillets du dessin, derrière les mondanités faussement attentives aux autres.

Au fil des pages de conte noir façon Tim Burton, le lecteur est pris entre son imaginaire et ce qui se dévoile lentement. Et le piège se referme sur lui…

Merci donc à Marie Pommepuy et Sébastien Cosset, réunis sous le pseudonyme de Kerascoët pour le dessin, et à Fabien Vehlmann pour le scénario.

Jolies Ténèbres, (D : Kerascoët; S : Fabien Vehlmann) édité chez Dupuis en mars 2009, 92 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Jolies Tenebres p3 Jolies Tenebres p4 Jolies Tenebres p5

Jolies tene 01 FR page 03_94 Jolies tene 01 FR page 03_94 Jolies Tenebres pc

Le signe de la Lune

6 mars 2014

Le signe de la lune CV

Un conte comme on en rêve, sur l’enfance, sur l’adolescence, avec la cruauté vive qui soudain peut éclater et tout faire basculer dans les bandes d’enfants d’un petit village.

Un  conte en noir et blanc avec une touche d’un manteau rouge, comme cette touche qui crevait l’écran de La liste de Schindler au milieu de la foule des camps.

Un conte en deux parties pour dire que jamais tout est fini, que jamais l’impossible dominera tout une vie.

Pour la petite histoire, Le Signe de la lune a déjà été écrit et des­si­né en 1995 par En­rique Bonet. Quelques 24 pages à quelques exemplaires, tombées dans l’oubli jusqu’au jour où En­rique Bonet en reparle avec José Luis Mu­nue­ra. Pris par l’histoire, il propose un travail de réadaptation que nous découvrons aujourd’hui. Comme quoi, dessiner Spirou peut ouvrir les portes d’une belle réussite !

La fausse douceur du graphisme sait nous piéger comme seul un conte peut le faire pour nous amener, ailleurs, au-delà de nous-même. Ces 130 pages dans un grand et beau format, savent redonner vie, pour notre plus grand plaisir, aux vieilles légendes des campagnes espagnoles ! Superbe !

Le signe de la Lune, (S : José Luis Munuera, En­rique Bonet; D : José Luis Munuera), Dargaud collection » Long Courrier » octobre 2009, 130 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Le signe de la lune pl0 Le signe de la lune pl1 Le signe de la lune pl2 Le signe de la lune pl 4

Saïgon – Hanoï

30 janvier 2014

saigon-hanoi-cv-pt.jpg

La BD du 31 décembre ! C’est beau ! C’est fort ! C’est magique !

Cosey propose, en un album, une extraordinaire soirée de fin d’année : le récit croisé d’images d’un reportage diffusé sur la télévision et d’une conversation téléphonique. D’un côté, une enfant de 11 ans qui veut parler et, de l’autre, un vétéran du Vietnam au retour d’un voyage de réconciliation avec son passé.

La magie du dessin de Cosey fait merveille pour donner à ce banal coup de fil la dimension d’un conte réaliste sur la magie d’une rencontre, de ces liens qui se tissent en quelques mots échangés.

Saïgon – Hanoï, de Cosey, Dupuis, Collection Aire Libre 1992

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

saigonhanoi_pl.jpg

Quelques jours d’été – Un îlot de bonheur

28 janvier 2014

QQj d'été cv

Dans sa collection « Mini-intégra », Vents d’Ouest réédite deux courts récits de Christophe Chabouté, deux récits où l’enfance bascule…

La palette noir et blanc de Chabouté, accompagne à petites touches ce qui soudain se transforme le temps d’un été, le temps d’une rencontre.

Dans « Quelques jours d’été » les planches rendent palpables ces instants où la campagne dévoile sa cruauté envers les lapins, ses histoires de sorcières et le secret de ses rivières. Avec « Un îlot de bonheur » la qualité des encrages, l’art de l’espace et du silence font participer le lecteur à l’éveil qui naît d’un dialogue sur un banc entre un clochard qui fuit son passé et un enfant qui recherche le calme entre deux disputes de ses parents.

L’ensemble est tendre, sensible, silencieux et touchant.

Une belle pause de lecture, malgré le format plus réduit de l’album…

Quelques jours d’étéUn îlot de bonheur de Christophe Chabouté, Réédition en avril 2009 dans la collection « Mini-intégra » chez Vents d’Ouest, 155 planches format 24,5×17 cm

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

QQj d'été pl 1 QQj d'été pl 2

QQj d'été pl 3 QQj d'été pl 4