Posts Tagged ‘famille’

L’Ascension du Haut mal

16 avril 2014

Quand le dessin rend une autobiographie universelle !

Il faudra en tout 6 tomes à David B pour raconter l’histoire de cette maladie qui entraîne son frère Jean Christophe et toute sa famille.

C’est à la fois la société des années 70 qui se dévoile avec sa macrobiotique, ses utopies communautaires, son anthroposophie… et en même temps toute l’intimité d’un enfant qui cherche à grandir et qui trouve dans le dessin sa voie pour survivre et vivre.

Car l’épilepsie (le Haut Mal en vieux français) met au banc de la société toute cette famille, les offre en proie aux gourous et aux charlatans jusqu’aux déchirements, aux plus grandes trahisons. David B en tire des planches époustouflantes d’exploration intérieure, tour à tour symbolistes, expressionnistes, minutieuses, factuelles. A travers ses réactions, l’ambivalence de ses sentiments vis-à-vis de son frère, David B livre à son lecteur éberlué, intimidé, tout ce qui va nourrir son univers intérieur d’aventure, d’ésotérisme et de fantastique.

Qui a dit que l’autobiographie était narcissique ?

Un grand chef d’œuvre de la Bande Dessinée à parcourir dans son entier. Personne n’en sort indemne tant chacun peut se sentir atteint au plus profond de son être, entre culpabilité et colère, entre sidération et émerveillement !

L’Ascension du Haut mal, de David B en 6 tomes chez L’Association, Collection « Esperluette », de novembre 1995 à octobre 2003

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 5 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 6 sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

Lie de Vin

16 février 2014

lie-de-vin-cv.jpg

Tout va basculer avec le meurtre du chien Lulu, le seul ami d’un garçon de 14 ans qui est marqué à vie par cette tache de vin qui cartographie son visage et signe la seule chose que sa mère lui a léguée avant de l’abandonner.

Avec la disparition du chien, ce sont les relations du villages qui vont s’effilocher et laisser apparaître les secrets qu’elles se refusent jusque là de dévoiler.

Le dessin en couleurs directes épouse les paysages, sait rendre palpable aussi bien l’ennui, que les mystères et les caresses de l’adolescence.

Un très beau huit clos villageois, sous forme de journal intime, avec ses commères, son boucher à grande gueule, ses affronts, ses compassions et les rêves contrariés de l’adolescence !

Lie de Vin, (S : Eric Corbeyran, D : Olivier Berlion) Dargaud, Collection « Long Courrier » édition intégrale en septembre 1999, 88 pages

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

lie-de-vin-pl-7g.jpg

Le journal de mon père

27 janvier 2014

journal-pere-cv.jpg

Après « Quartier lointain », nous continuons sur les mangas de Jirô Taniguchi. C’est une très belle entrée en matière pour les personnes non initiées aux mangas. Non, DragonBall Z n’est pas l’exemple type d’un manga !

Yoichi Yamashita revient dans son village natal pour la mort de son père, après 15 ans sans avoir donné de nouvelles. Relation père-fils, incompréhension du fils face au divorce, départ de la mère, un père qui se tue à la tâche… tout au long de la veillée funèbre, les membres de la famille relatent les souvenirs et font découvrir à Yoichi des facettes de son père inconnues de lui.

Grâce à ses dessins très fins tout en dégradé de gris et à des flashbacks très bien utilisés, Jirô Taniguchi nous entraîne dans cette histoire de famille touchante.

Le journal de mon père, de Jirô Taniguchi, chez Casterman 2004

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Le journal de mon père

Spaghetti Brothers

12 décembre 2013

spaghetti-brothers-t1-cv.jpgspaghetti-brothers-t13-cv.jpg spaghetti-brothers-t15-cv.jpg spaghetti-brothers-t16-cv.jpg

Ils sont 5 frères et sœurs, immigrés italiens aux Etat-Unis.

Le grand frère, Amerigo est patron d’un des gangs de la Mafia qui quadrille New-York. Franck le second est prêtre de paroisse. Antonio, le plus jeune est policier. Caterina, elle, est pour le cinéma muet la célèbre actrice égyptienne Gipsy Boone tandis que Carmela, mère de deux enfants, gagne sa vie la nuit comme… tueuse à gages.

Au fil des albums qui peuvent se lire comme autant de petites histoires autonomes, le lecteur découvre avec enchantements les drôles de relations qui peuvent unir la famille Centobucchi. Entre l’aîné qui reproche au cadet d’avoir fait mourir leur mère des suites de son accouchement, Franck qui n’hésite pas à fraccasser le crane d’Amerigo à coup de Croix chaque fois que ce dernier l’exaspère… et ce n’est pas si rare qu’on pouvait s’y attendre !

C’est drôle ! C’est grinçant, parfois, mais toujours drôle et attachant ! A faire pâlir d’envie les Soprano de la Télé qui semblent en comparaison bien sages et bien équilibrée !

Régalez-vous ! Et faites circulez cette série autour de vous pour répandre la bonne humeur !?! Il y a 16 volumes… vous avez de quoi faire !

Spaghetti Brothers, Série complète de 16 volumes, (S : Carlos Trillo ; D : Domingo Mandrafina), éditée en France par Vents d’Ouest, Collection « Turbulences », d’octobre 2003 à octobre 2007

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

spaghetti-brothers-t1-pl-3.jpgspaghetti-brothers-t1-pl4.jpgspaghetti-brothers-t1-pl-5.jpgspaghetti-brothers-t1-pl-6.jpg

spaghetti-brothers-t9-pl.jpgspaghetti-brothers-t3-pl1.jpgspaghetti-brothers-t15-pl.jpgspaghetti-brothers-t16_pla.jpg

Quartier lointain

6 novembre 2013

quartier-lointain-cv1.jpg quartier-lointain-cv2.jpg

Un grand classique !

 

En rentrant du travail, un homme, au milieu de sa vie, se trompe de train. Au lieu de rentrer chez lui, il prend la ligne qui le ramène à son village d’enfance. Il en profite pour se recueillir sur la tombe familiale. Il s’endort dans le cimetière et, se réveille dans le passé, au même endroit mais dans son corps d’adolescent. Il comprend qu’une seconde chance lui est donnée : il peut revivre des événements passés tout en profitant de son expérience d’homme mûr. Un objectif s’impose à lui : empêcher la fuite de son père du domicile familial, et essayer d’en comprendre la raison.

Il redécouvrira avec des yeux nouveaux ce que fut sa vie d’adolescent, sa vie de famille, ses amis et son premier amour d’adolescent. L’histoire prend alors un air de tragédie : il voit se rapprocher le jour de la disparition de son père sans pouvoir empêcher l’inévitable. La chance qu’il reçoit ne consiste pas à changer le passé mais à comprendre la profonde proximité du père et du fils traversant une même crise existentielle.

Le dessin en noir et blanc de Jirô Taniguchi est d’une grande beauté toute asiatique. A travers des paysages silencieux, des pauses dans la narration, l’auteur sait nous faire éprouver une certaine nostalgie d’un passé révolu, la joie simple d’une vie offerte et la difficulté de traverser une vie qui semble s’imposer par les multiples contraintes qu’elle recèle. C’est un merveilleux roman graphique à conseiller largement.

Quartier lointain, de Jirô Taniguchi, chez Casterman, septembre 2002 à mai 2003, novembre 2005 pour l’intégrale

 

Billet de lecture envoyé par BenCop ! Merci de sa contribution !

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Pico Bogue : « La vie et moi »

27 mai 2008

Quelques instants de pur bonheur et d’humour tout en finesse…

Cet album est une suite de tranche de vie, de tranche de rire, de bons mots ou de superbes réparties entre Pico, sa jeune soeur et ses parents.

Tour à tour moqueur, dénonciateur de notre société, psychologue analytique, métaphysique, tendre, enfantin, Pico s’inscrit dans la longue lignée des Peanuts, du petit Nicolas ou de Mafalda. Avec son impressionnante et foisonnante tignasse rousse indomptable, il n’a pas sa langue dans sa poche et sait prendre Papic et Mamite, ses parents, à rebrousse poils avec la complicité ou l’hostilité, selon l’humeur et les événements, de Ana Ana sa petite sœur blonde. C’est un vrai régal !

Les illustrations d’Alexis Domal, le fils de la scénariste … Dominique Roques, cisèlent les scènes et en font des petits bijoux, fins, colorés, très expressifs !

Qui a dit que la vérité sort de la bouche des enfants ?

Pico Bogue : « La vie et moi » (S : Dominique Roques; D : Alexis Dormal) Dargaud, mai 2008, 48 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.