Posts Tagged ‘reportage’

Le Photographe

23 avril 2014

Cette série exceptionnelle a déjà été plébiscitée un peu partout tant elle est attachante par ses récits comme par sa composition.

Didier Lefèvre quitte Paris, fin juillet 1986, afin d’accompagner une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) en Afghanistan, en pleine guerre entre soviétiques et Moudjahidins.

De cette première grande mission photographique, il ramène un témoignage et des documents très poignants. Les albums nous invitent à marcher avec l’équipe médicale, à découvrir les conditions dans lesquelles elle peut intervenir, ses contacts, ses anecdotes. Puis le retour que Didier Lefèvre décide d’effectuer seul, sans la protection du groupe, sans parler la langue… avec les conditions extrêmes qu’il va devoir traverser.

Ces albums ont un art exceptionnel de faire « jouer » ensemble photos prises sur place et dessins. Le travail épuré d’Emmanuel Guibert y puise des paysages et des atmosphères qui ont l’âpreté du pays et parfois la magie de ce que ces hommes et ces femmes peuvent tenter dans des conditions extrêmes. Ce va et vient entre dessins et clichés photographiques tisse un récit qui gagne étonnamment en ampleur par les échos, les ellipses ou les métaphores qui sont ainsi construites. C’est superbe !

Didier Lefèvre est décédé d’une crise cardiaque à son domicile de Morangis le 29 janvier 2007. Il ne nous a pas laissé simplement un reportage mais une grande leçon de témoignage !

Hommage à tous pour ce monument de la BD !

Le Photographe, série complète en 3 tomes (S : Didier Lefèvre; D : Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier) édités chez Dupuis, Collection « Aire Libre » d’octobre 2003 à janvier 2006

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

Pyongyang

4 janvier 2014

Guy Delisle est un dessinateur Québécois installé en France. Il est aussi bien auteur de Bandes Dessinées qu’animateur de dessins animés. Dans ce cadre, il est envoyé durant trois mois pour superviser le travail d’intervallisme en Corée du Nord dont les tarifs sont imbattables dans le domaine de l’animation. Le lecteur est invité, comme dans l’album « Shenzhen », à découvrir la vie dans la capitale d’un des états les plus fermés du monde.

A Pyongyang, les étrangers sont aussi rares que surveillés. Il ne faudrait pas que leur présence, encadrée d’un guide et d’un traducteur, vienne à pervertir les mentalités des masses laborieuses entièrement acquises au « Juché ».

Dans les dernières pages de Shenzhen, Guy Delisle nous avait prévenu : « Si un jour je mets toutes ces anecdotes en images, ça donnera forcément l’impression d’avoir été un séjour formidable. J’imagine que même l’ennui, une fois sorti de son contexte, se sublimera et prendra une forme divertissante… un peu comme fait la mémoire ». Avec son art de garder sa distance tout en racontant ce qu’il vit, l’auteur construit un album étonnant où se croisent choc des cultures, fraîcheur de vue, tendre ironie de l’anodin et surréalisme des conditions de vie.

Chronique autobiographique, reportage, cet album est surtout un bijou de narration où le moindre détail quotidien renvoie à une conception de l’homme et de la société qu’il peut construire. C’est une immense invitation à un voyage intérieur et social au dépaysement garanti !

Pyongyang par Guy Delisle, édité par L’Association, collection « Ciboulette », 176 pages en noir et blanc, mai 2003

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Le sourire du clown (T.2)

3 janvier 2008

sourire-clown-2-cv.jpg

Il a fallu attendre deux ans pour ce deuxième album d’une trilogie qui s’annonce dense, surprenante, captivante : la cité des « Hauts Vents », avec ses barres d’immeubles et son isolement est sous tension depuis que des meurtres viennent renforcer l’image dégradée de la cité.

Autour de cet enjeu plein d’actualité se noue une intrigue inattendue où trafic de drogue, influence religieuse et consolation du rire s’entrecroisent pour mieux tenir les habitants sous leur pouvoir et berner les médias. Pour pleinement bénéficier de cette lecture, il faudra cependant vous munir du premier tome et le relire tant les destins des personnages sont intriqués, tant le scénario joue brillamment avec le flash-back ou les variations d’angle de vue. Tout se tient et s’orchestre pour laisser planer le doute sur les motivations mystérieuses de certains protagonistes.

Ce passionnant thriller social est servi par un dessin et des couleurs qui viennent contraster avec le climat décrit. Le cadrage et un trait réaliste jouent le reportage tandis que les couleurs pleines de poésie et de finesse renforcent un climat d’empathie au ton pastel… Il va maintenant falloir attendre le troisième et dernier tome…

Le sourire du clown, (T.2) (S: Luc Brunschwig, D: Laurent Hirn), Futuropolis, Novembre 2007


Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.


sourire-clown-2-pl.jpg