Posts Tagged ‘drogue’

Ibicus

1 mai 2014

Ibicus ? C’est le litre d’un roman d’Alexis Tolstoï datant des années 20 que Pascal Rabaté achète par erreur aux puces… croyant découvrir une œuvre de l’auteur de « Guerre et Paix » qui, lui, s’appelle Léon Tolstoï !?! Et ce fut le coup de foudre… qui valut au dessinateur, pour le Tome 2, le Prix du meilleur album de l’année 2000 à Angoulême.

Cette libre adaptation se révèle être une très grande œuvre graphique, une histoire époustouflante sur l’imposture !

Siméon Ivanovitch Nevzorov, comptable à Petrograd, s’ennuie au lit, au bureau. Il rêve et voilà que la Révolution de 1917 va lui apporter sur un plateau ces aventures qu’il désirait tant mais qu’il repoussait. Son cynisme et son opportunisme vont pouvoir s’en donner à cœur joie ! La prédiction d’une vieille gitane se met enfin en place. Elle lui avait révèlé qu’il était né sous le signe du crâne qui parle : l’ibicus, et lui avait donc prédit que lorsque le monde s’écroulerait dans le feu et le sang il vivrait des aventures extraordinaires, mais qu’il serait riche !

Le voici embarqué jusqu’en Turquie dans un voyage plein de péripéties, d’arnaques, de violence, de misère, de sexe et de drogue ! C’est cruel, dérisoire, amoral ! C’est passionnant ! L’âme humaine y est ici rendue dans sa noirceur et son malheur !

A la fois peinture, à la fois théâtre de papier, le dessin en noir et blanc avec ses clairs-obscurs, avec ses angles fuyants, distordus, avec ses découpages ou ses larges plages, épouse le destin torturé du personnage, ses fuites, ses lâchetés. Pascal Rabaté fait feu de tout « bois » en mélangeant les techniques graphiques. Il lave et délave ses feuilles ou les épaissit de matière. Passant du lavis à la peinture, traçant en finesse des courbes au pinceau ou jetant la gouache comme au couteau, il s’arrête au minuscule comme il campe des panoramiques impressionnants avec des champs et des contrechamps, des formes stylées ou distordues, des nets ou des flous. Quel souffle !

Du très grand art expressionniste !

Ibicus, Série complète de 4 tomes de Pascal Rabaté, Vents d’Ouest édités de juin 1998 à novembre 2001, édition intégrale de 536 pages en novembre 2006

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Cuervos

21 mars 2014

Joàn un gamin des rues de Medelin, en Colombie, tombe sous la coupe d’un lieutenant du cartel local. A 10 ans, il se met à sortir son revolver comme on demande une cigarette. Il va ainsi grandir, passer de la colle à la coke et prendre sa place dans les trafics et les meurtres du cartel. Marié à la fille d’un sénateur, il décide de se mettre à la politique… sans renoncer aux bidonvilles, ni à un projet mégalomane d’une usine clandestine d’armements.

Bonnes âmes et âmes sensibles, s’abstenir. La violence éclate dans sa banalité, son quotidien, sans ménagement, sans misérabilisme. Le jeu de cadrage multipliant les plongées et les contre-plongées aide à maintenir le lecteur à distance et participe à la cruelle crédibilité de ses albums, refusant d’en faire une sérié « engagée »…

Quatre tomes d’une grande force où se mélangent indignation et pitié.

« Cria cuervos y te comeran los ojos » dit le proverbe… Bref, une lecture âpre dont on ne sort pas indemne !

Cuervos, Série complète en 4 tomes (S : Richard Marazano ; D : Michel Durand), Glénat, Collection « Grafica », de mai 2003 à avril 2006

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Les petits ruisseaux

19 décembre 2013

ruisseaux-cv.jpg

Cet album est une source de joie de vivre, de truculence, d’humour. Sur les bords de la Loire, l’histoire insolite et improbable d’un retraité qui s’échappe de la monotonie de son ennui nous embraque dans une aventure « sex, drug and rock’n roll » comme le signale la couverture de l’album…

Ces 92 pages sont pour ceux qui aiment l’amour tendre et s’en émerveillent encore, pour ceux qui veulent se laisser toucher par un autre regard sur la vieillesse, pour ceux qui acceptent de se plonger dans un peu de douceur et de sensibilité…

Le dessin est léger, avec un drôlerie enfantine aux couleurs douces et pleines d’affection pour les personnages qui tissent cette histoire. Un beau moment de bonheur étrange et décalé et pourtant si familier.

Les petits ruisseaux, Pascal Rabaté, Futuropolis, mai 2006

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

petitsruisseaux-pl.jpg

Lola Cordova

26 août 2010

lola-cordova-cv.jpg

Rien que graphiquement cet album est un ovni, un météorite dans le ciel de la BD. Chaque planche va vous couper le souffle par ses inventions de mise en page, de couleurs, d’atmosphère… C’est à tomber à la renverse !?!

Surtout que l’histoire elle-même n’est pas simple et présente tous les ingrédients pour tomber dans le scabreux ou le complaisant : une prostituée, entre coke et amphétamine, prétend avoir été kidnappée par des extraterrestres qui semblent d’ailleurs ne pas s’en être remis tant ils sont bluffés par les nouvelles « expériences » auxquelles elle les initie… avant de revenir pour sauver le monde… Bref, le thème ne fait pas dans le tendre ni dans la dentelle… et pourtant quel album ! Entre feu d’artifice iconoclaste et pur délire iconophile !

Cette œuvre est une bombe qui fait retourner ses petites camarades à l’âge des cavernes !

Lola Cordova d’Arthur Qwak, Casterman, Collection «  Un Monde », avril 2005, 64 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

lola-cordova-pl1.jpg lola-cordova-pl-2-b.jpg lola-cordova-pl-3.jpg lola-cordova-pl-5.jpg