Posts Tagged ‘révolution’

Ibicus

1 mai 2014

Ibicus ? C’est le litre d’un roman d’Alexis Tolstoï datant des années 20 que Pascal Rabaté achète par erreur aux puces… croyant découvrir une œuvre de l’auteur de « Guerre et Paix » qui, lui, s’appelle Léon Tolstoï !?! Et ce fut le coup de foudre… qui valut au dessinateur, pour le Tome 2, le Prix du meilleur album de l’année 2000 à Angoulême.

Cette libre adaptation se révèle être une très grande œuvre graphique, une histoire époustouflante sur l’imposture !

Siméon Ivanovitch Nevzorov, comptable à Petrograd, s’ennuie au lit, au bureau. Il rêve et voilà que la Révolution de 1917 va lui apporter sur un plateau ces aventures qu’il désirait tant mais qu’il repoussait. Son cynisme et son opportunisme vont pouvoir s’en donner à cœur joie ! La prédiction d’une vieille gitane se met enfin en place. Elle lui avait révèlé qu’il était né sous le signe du crâne qui parle : l’ibicus, et lui avait donc prédit que lorsque le monde s’écroulerait dans le feu et le sang il vivrait des aventures extraordinaires, mais qu’il serait riche !

Le voici embarqué jusqu’en Turquie dans un voyage plein de péripéties, d’arnaques, de violence, de misère, de sexe et de drogue ! C’est cruel, dérisoire, amoral ! C’est passionnant ! L’âme humaine y est ici rendue dans sa noirceur et son malheur !

A la fois peinture, à la fois théâtre de papier, le dessin en noir et blanc avec ses clairs-obscurs, avec ses angles fuyants, distordus, avec ses découpages ou ses larges plages, épouse le destin torturé du personnage, ses fuites, ses lâchetés. Pascal Rabaté fait feu de tout « bois » en mélangeant les techniques graphiques. Il lave et délave ses feuilles ou les épaissit de matière. Passant du lavis à la peinture, traçant en finesse des courbes au pinceau ou jetant la gouache comme au couteau, il s’arrête au minuscule comme il campe des panoramiques impressionnants avec des champs et des contrechamps, des formes stylées ou distordues, des nets ou des flous. Quel souffle !

Du très grand art expressionniste !

Ibicus, Série complète de 4 tomes de Pascal Rabaté, Vents d’Ouest édités de juin 1998 à novembre 2001, édition intégrale de 536 pages en novembre 2006

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 3 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 4 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

Ce que le vent apporte

26 janvier 2014

Ce que le vent apporte est le premier album de l’espagnol Jaime Martin. La qualité du graphisme, l’atmosphère des couleurs, l’expression du trait happent d’emblée l’attention du lecteur. Un univers unique s’ouvre avec cette histoire en un tome.

En trame de fond, la Russie à la veille de la révolution bolchevique. Alexandre, étudiant en médecine, doit prendre ses distances avec l’effervescence de Moscou et la milice tsariste qui le recherche. Le voici parachuté comme médecin dans une « clinique » dans une région reculée… avec ce que cela veut dire de confrontations aux peurs, aux superstitions, avec ce que cela demande de courage et de finesse face à la rudesse, à l’âpreté des sentiments et de leurs expressions.

Cet album n’est pas à lire comme un thriller fantastique, mais comme un moment gratuit en 72 pages où nous est donné de côtoyer l’humanité, dans son épaisseur, dans ses émotions, en une sensibilité qui sait nous tenir à distance du pathos…

Un vrai bon moment de Bande Dessinée !

Ce que le vent apporte de Jaime Martin, Dupuis, Collection « Air libre », août 2007, 72 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

W.E.S.T. (Tome 4) : « Le 46e Etat »

17 janvier 2008

west-4-cv.jpg

Le 46ème état, c’est ce que Cuba pourrait devenir si son Président fantoche se laisse manipuler par les Etats-Unis de Théodore Roosevelt

Rebelles, zombis, envoûtements vaudous, folie paranoïaque, intrigues, dévouement, amours, calculs économiques, parties d’échecs, nationalisme, combat au tomahawk : tous les ingrédients sont au rendez-vous pour un régal de lecture et de visuel.

Ce quatrième tome conclut avec maestria, panache et feu d’artifice cle deuxième cycle (1902) inauguré par « El Santero », le Tome 3 de cette série magique. Cet album est un véritable régal qui mérite un Magnum 46 de chez Upmann… du moins pour les connaisseurs. Pour les autres, l’efficacité du scénario et les couleurs sépia suffiront !

C’est du grand spectacle multicolore !

Le 46e Etat, Tome 4 de la Série W.E.S.T.

(S : Xavier Dorison, Fabien Nury ; D : Christian Rossi) Dargaud, Janvier 2008, 60 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

west-4-pl-2.jpg