Posts Tagged ‘retraite’

Les petits ruisseaux

19 décembre 2013

ruisseaux-cv.jpg

Cet album est une source de joie de vivre, de truculence, d’humour. Sur les bords de la Loire, l’histoire insolite et improbable d’un retraité qui s’échappe de la monotonie de son ennui nous embraque dans une aventure « sex, drug and rock’n roll » comme le signale la couverture de l’album…

Ces 92 pages sont pour ceux qui aiment l’amour tendre et s’en émerveillent encore, pour ceux qui veulent se laisser toucher par un autre regard sur la vieillesse, pour ceux qui acceptent de se plonger dans un peu de douceur et de sensibilité…

Le dessin est léger, avec un drôlerie enfantine aux couleurs douces et pleines d’affection pour les personnages qui tissent cette histoire. Un beau moment de bonheur étrange et décalé et pourtant si familier.

Les petits ruisseaux, Pascal Rabaté, Futuropolis, mai 2006

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

petitsruisseaux-pl.jpg

Publicités

Sept balles pour Oxford (T. 6)

26 janvier 2010

Série atypique mais attachante.

En avril 2003, cette deuxième série à inaugurer la nouvelle Collection « Polyptyque » de Lombard, nous faisait débouler dans le monde inattendu d’Oxford, un vieux détective privé que ses 70 ans n’arrivent pas à mettre à la retraite. Pourtant ce ne sont pas les problèmes de santé qui manquent, les siens et ceux de son entourgae, ni une situation familiale complexe, notamment avec son fils flic qui n’apprécie guère les initatives sur le retour de son père !

Le personnage a beaucoup de substance, par son caractère, par son refus de veillir, par son regard sur le monde, par ses « histoires » familiales. L’enquète est souvent un prétexte de second plan… même si ce ne sont pas les intrigues ni les rebondissements inattendus qui vont manquer au fil des albums !

Sept balles pour Oxford (sept volumes pour les 7 balles qui lui restent dans son revolver… qui, une fois qu’elles seront utilisées, sonneront le gong de sa retraite définitive… Oxford l’a promis à sa femme !) est donc avannt tout une belle série d’atmosphère, d’ambiance et non une série palpitante ou d’actions pétaradantes. Mais l’humour décalé des situations, l’étrange monologue de ce détective avec son vieil ami, Sunny G., grabataire et tétraplégique dans un hospice, la façon de revisiter les anciennes manières du milieu rendent ce récit très attachant.

Le dessin, maladroit au début, s’est affiné, esthétisé. Son trait à la cerpette va bien avec l’appréhension du monde par Oxford.

Merci à ce trio d’auteurs latins (Argentin, Brésilien et Espagnol) de nous offrir ainsi une série à l’atmosphère aussi originale et aussi atypique !

Sept balles pour Oxford (T. 1 à 6) (D : Marcello Quintanilha; S : Jorge Zentner, Montecarlo) éditée chez Le Lombard, Collection « Polyptyque » d’avril 2003 à décembre 2009

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.