Posts Tagged ‘nazis’

Maus

15 mars 2014

maus-t1-cv.jpg maus-t2-cv-bg.jpg

Ces deux volumes sont devenus un classique de la Bande Dessinée, un classique à lire et à relire tant ces pages sont fortes d’émotion et de transmission.

L’auteur, Art Spiegelman, décide de mettre en dessin l’histoire de son père, survivant des camps de concentration nazis. Il choisit pour cela de dessiner les protagonistes de ce drame sous la forme d’animaux : les souris pour les juifs, les chats pour les allemands, les porcs pour les polonais… Il ne s’agit pas simplement d’un pieds de nez à Mickey, mais d’une réflexion sur l’animalité de l’homme.

Au lecteur de faire son travail d’appropriation aidé par la lucidité de l’auteur vis-à-vis des tics de son survivant de père, par la distance que les dessins arrivent à tenir face à tant d’horreurs innommables et irreprésentables, par la sobriété pleine d’humour des planches qui ne cherchent pas à prendre en otage.

Une œuvre majeure !

Maus d’Art Spiegelman édité chez Flammarion en janvier 1987 et octobre 1992

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.

maus-t1-pl1.jpg maus-t2-pl1-bg.jpg

Airborne 44 (T. 1 et 2)

21 janvier 2014

AIRBORNE t1 cv AIRBORNE t2 cv

Un dytique dessiné directement à l’aquarelle par Philippe Jarbinet, un pro du dessin réaliste.

Airborne 44 est un hommage de l’auteur aux 25 paras américains qui ont trouvé la mort en décembre 44 pour libérer son village des Ardennes belges.

«Certains avaient survécu aux campagnes d’Afrique et d’Italie. Enfant, je voyais ce village comme le paradis. Plus grand, j’ai appris son histoire. Pour moi, il a incarné une dualité qu’on retrouve chez l’homme : le meilleur peut cacher le pire. Cela me rappelle que l’enfer est toujours tapi dans l’ombre. Si la lumière s’éteint, le monde redevient son domaine.»

Durant la bataille des Ardennes, un sergent dans l’armée américaine, Luther Yepsen, vient de se faire arracher deux doigts dans un face à face surréaliste avec un soldat allemand isolés et maintenant lui aussi blessé par une balle dans les côtes. Luther est un artiste qui s’est engagé pour participer aux changements du monde. Avec deux autres soldats et deux enfants juifs recueillis dans la forêt enneigée de décembre, il trouve refuge dans une ferme isolée où la belle Gabrièle les accueillent pour les protéger de la débâcle allemande. Mais sans compter avec l’entêtement d’une poignée de SS qui obéisse avec ténacité à une mystérieuse mission ordonnée par le Reichsführer Himmler lui-même : retrouver un « malgré nous » déserteur, un certain Egon Kellerman, lié aux Einsatzgruppen.

«Là où tombent les hommes» (T.1), «Demain sera sans nous» (T.2) mélangent avec brio et succès les tensions meurtrières de la guerre et la chaleur douce d’une idylle amoureuse, le carnage sanglant de la guerre et le recul des dialogues lucides ou prophétiques des protagonistes, la vivacité d’une intrigue à suspens bien menée et la réflexion es sur les enjeux de l’extermination nazis; la machine à broyer collective et l’unicité des destinées de chacun.

Bref, les deux tomes, édités ensemble, sont un bon et beau moment de BD, un grand moment d’histoire et d’humanité !

Airborne 44, « Là où tombent les hommes » (T.1), « Demain sera sans nous » (T.2) de Philippe Jarbinet édité par Casterman collection « Ligne d’horizon » en septembre 2009

Pour acheter le tome 1 sur Amazon, cliquez ici.
Pour acheter le tome 2 sur Amazon, cliquez ici.

AIRBORNE t1 p AIRBORNE t1 p2 AIRBORNE t1 p6

AIRBORNE t1 p9 AIRBORNE t1 p10 AIRBORNE t1 p11

AIRBORNE t2 p AIRBORNE t2 p2

D-DAY, le jour du Désastre

26 octobre 2013

d_day-cv.jpg

Et si en fait la Deuxième Guerre mondiale n’était que le champ de manoeuvre des anciens Dieux qui réglaient leur compte par nations interposées ? Et si les Dieux de la Mythologie scandinave avaient décidé de soutenir les nazis ? Et si 6 juin 44 n’avait été qu’une grande défaite obligeant, des années plus tard, quelques résistants alliés à tout tenter pour détruire l’antre d’Odin ?

Tel le point de départ de cet album aussi époustouflant de convainquant… pour ceux qui savent s’enfouir dans un monde complexe, dans un fiction touffue… La densité de l’album peut rebuter mais quelle récompense au-delà des espoirs pour ceux qui acceptent de se frayer un chemin dans cette « uchronie » sombre et inquiétante. Le sous-titre est explicite : « les mangeurs de vie ».

Les angles et les cadrages sont à la hauteur du propos avec des palettes aux ambiances sombres.

Un grand classique du genre, un « indispensable » comme on dit !

D-DAY, le jour du Désastre (S : David Brin ; D : Scott Hampton), Les Humanoïdes Associés, juin 2004, 144 pages

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

d_day_01.jpg d-day-pl-1.jpg d_day_04.jpg