Posts Tagged ‘marin’

Tout seul

18 février 2014

Lu par Farff :

Un conte, un poème, je ne sais pas quel mot décrit le mieux cette BD où l’imagination est le personnage principal.  Seul dans un phare un homme vit sa vie… seul son dictionnaire lui permet de s’évader de sa prison…

On ne se lasse pas de relire cette BD, de l’ouvrir à une page au hasard pour y redécouvrir les planches comme le fait si bien le personnage de cette BD.

Très peu de texte, un trait fin en noir et blanc, ce sont les détails qui construisent la trame de cette histoire. Je la rapprocherais de « Là où vont nos pères » même si le dessin est très différent.

Si vous voulez vous évader, vous laisser entraîner par le rythme des vagues, plongez-vous dans ce conte !

Lu par Percevoir :

Des pages de silence, de vent et de temps. Des planches entières sans parole avec comme seul rythme la beauté répétitive des traits en noir et blanc, le travail des expressions, des attitudes des personnages.. Que cela fait du bien ! Quel art !

Ce nouvel album de Chabouté nous plonge dans l’énigme d’une vie dont le navire immobile est une phare. Son capitaine n’a jamais mis pied à terre, voguant à coup de mots trouvés au hasard d’un dictionnaire. 50 années au ras des flots, entre poissons, embruns et mouettes…

Merci à « Vents d’Ouest » d’accepter de publier de telles planches où le dessin de Chabouté peut prendre le rythme de cette atmosphère dans laquelle il nous convie d’entrer, de cet autre temporalité à laquelle il veut nous convier. L’encrage noir peut ainsi venir trancher à perte de blanches pages déployant en une densité palpable l’univers de ce phare.

Un chef d’œuvre sur l’énigme de l’humanité !

Tout seul de Christophe Chabouté chez Vents d’Ouest, paru en septembre 2008, 376 pages au format 17×24,5

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

Publicités

L’île sans sourire

2 février 2014

ils sans sourire cv

En un volume, l’île sans sourire est une fable superbe sur le bonheur, le bonheur à travers la disparition, à travers la mort ou l’éloignement.

Milander Dean, le géologue, débarque sur l’île aux baleiniers, à Yulkukany. Sa triste mine ne s’intéresse qu’aux cailloux… du moins quand il n’est pas harcelé par les tourbillons incessants d’Elianor, une petite fille qui n’a de cesse de lui faire voir d’autres choses, d’autres mondes.

Le graphisme d’Enrique Fernandez non seulement plante le décor mais son trait souligne à merveille le jeu des visages et parvient à faire entrer le lecteur à la fois dans l’imaginaire de cette île mais aussi dans l’intimité de ce qui se joue au fond des cœurs.

De la poésie, de la joie de vivre… un superbe album à offrir !

L’île sans sourire de Enrique Fernandez édité chez Drugstore en mai 2009, 56 pages (32x24cm)

Pour acheter ce tome sur Amazon, cliquez ici.

ils sans sourire pl 1 ils sans sourire pl 2 ils sans sourire pl 3 ils sans sourire pl 4