Posts Tagged ‘Eric Corbeyran’

Lie de Vin

16 février 2014

lie-de-vin-cv.jpg

Tout va basculer avec le meurtre du chien Lulu, le seul ami d’un garçon de 14 ans qui est marqué à vie par cette tache de vin qui cartographie son visage et signe la seule chose que sa mère lui a léguée avant de l’abandonner.

Avec la disparition du chien, ce sont les relations du villages qui vont s’effilocher et laisser apparaître les secrets qu’elles se refusent jusque là de dévoiler.

Le dessin en couleurs directes épouse les paysages, sait rendre palpable aussi bien l’ennui, que les mystères et les caresses de l’adolescence.

Un très beau huit clos villageois, sous forme de journal intime, avec ses commères, son boucher à grande gueule, ses affronts, ses compassions et les rêves contrariés de l’adolescence !

Lie de Vin, (S : Eric Corbeyran, D : Olivier Berlion) Dargaud, Collection « Long Courrier » édition intégrale en septembre 1999, 88 pages

Pour acheter l’intégrale sur Amazon, cliquez ici.

lie-de-vin-pl-7g.jpg

Publicités

Le Chant des Stryges Saison 3 (T. 13)

8 novembre 2010

Le Chant des Stryges : le retour …  avec le début de la Saison 3 !

Avec le Tome 13 « Pouvoirs », cela fait 13 ans qu’Eric Corbeyran  et Richard Guérineau construisent l’incroyable et terrible légende des Stryges. Et le début de cette nouvelle et dernière saison est à la hauteur des premiers albums !

« Chutes », le précédent album (datant déjà de décembre 2008…) avait accumulé les révélations sur cet saga et laissait craindre un certain épuisement. C’était mal connaître le goût de l’action chez nos deux auteurs ! Plus que cinq albums pour connaître enfin le dénouement qui semble maintenant entre les mains des hybrides…

Les encrages réalistes de Guérineau sont toujours aussi efficaces, campant à merveille l’ambiance sombre et inquiétante de ce polar à mi chemin entre Lovecraft et les séries maéricaines où réalité et éléments fantastiques construisent un maillage fascinant.

Le Chant des Stryges Saison 3 (T.13 : « Pouvoirs ») (S: Eric Corbeyran; D: Richard Guérineau), chez Delcourt, collection « Machination », septembre 2010